LTA Windpower

Technologie | L'aéronef | Les Nacelles Génératrices | Les Ailes | Les Structures au Sol et Fonctionnement Autonome
L'aéronef L'aéronef Les Génératrices Les Ailes Les Structures au Sol et Fonctionnement Autonome Image Map

Technologie - Les Ailes

La fonction principale des ailes est de fournir de la portance afin de stabiliser le dirigeable lorsque le vent souffle, mais sert aussi de surface où monter les turbines, les gouvernes de vol et le train d'atterrissage. Les ailes elles-mêmes sont attachées de la même manière qu'une nacelle sur un type d'aéronef quelconque - dans le cas des dirigeables non-rigides, un filet de câbles enroulés autour de l'enveloppe distribuent la charge aussi également que possible.

Pour maintenir les coûts de manufacture aussi bas que possible, les ailes du PowerShip seront plus simples que la plupart des ailes d'avion. Elles auront une cambrure leur permettant d'utiliser le principe de Bernoulli pour donner de la portance. Les ailes auront une cambrure uniforme et seront droites plutôt qu'en flèche, tout cela pour minimiser les coûts. Un réservoir de carburant dans les ailes n'est pas nécessaire, contrairement aux aéronefs plus lourds que l'air. Les ailes peuvent être formées, par exemple, de blocs de styromousse renforcés par un châssis tubulaire. Comme noté ci-haut, le système ne requiert pas de vent pour décoller. Son design demande un grand rapport portance-traînée à basse vitesse comparé aux avions réguliers. L'envergure des ailes dépendra de la portance requise. Les ailes peuvent aussi avoir des ailettes recourbées de 45º vers le bas à leur extrémité (omises dans l'esquisse) dont l'utilité est d'assurer la stabilité au cas où il devient essentiel de manoeuvrer le dirigeable lorsqu'il est au sol et que la direction du vent a changé.

Les ailes ont des ailerons actifs sur chaque aile. Les ailerons et le point d'ancrage au sol sont les deux très proches du centre de gravité du dirigeable. Par conséquent, l'emploi des ailerons n'affecte pas le tangage du dirigeable. Les ailerons peuvent, cependant, être ajustés pour augmenter ou réduire la portance, et contrôlés indépendamment de l'autre pour compenser pour le roulis.

Le train d'atterrissage consiste de deux poteaux fixes proches des groupes générateurs. Des roues ne sont pas nécessaires, car la vitesse au sol à l'atterrissage est presque nulle. Les grands systèmes (ceux d'au-dessus de 100kW) feraient entrer en jeu de très grandes hélices, et il serait préférable d'éviter de hauts trains d'atterrissage. Quelques moyens de ce faire seraient de faire pivoter les hélices vers le haut à l'approche du sol, les plaçant horizontalement au-dessus des ailes, ou bien d'utiliser des hélices à deux pales plutôt qu'à trois en combinaison avec des senseurs de position et des freins à rotor pour arrêter ces hélices en position horizontale avant l'atterrissage. Cette dernière solution est plus simple mais peut causer une perte d'efficacité non-négligeable.

Powership on the ground Powership on the ground

Le centre du bord d'attaque de l'aile, en-dessous de l'enveloppe, est le point d'ancrage pour le système entier. L'enveloppe ne fait donc que fournir une portance. Ce n'est pas une pièce mobile sujette à une force de flexion ou de torsion, et n'a pas besoin de subir toute la force de traînée du système, incluant ses hélices. Un seul point d'ancrage en-dessous de l'aile est utilisé, avec une jointure articulée au point d'attache pour permettre la rotation de l'appareil.